jeudi 15 décembre 2016

COUP DE COEUR #8 I QUAND JE SERAI GRAND ... DAVID LELAIT-HELO

DAVID LELAIT-HELO - QUAND JE SERAI GRAND, JE SERAI NANA MOUSKOURI


L'histoire

Dès l’enfance, Milou a des ambitions qui ont de quoi surprendre. Dans la cour de récréation, ce drôle de petit garçon aime jouer à la princesse, et faire de ses copines ses soldats. Il s’imaginera aussi un destin dans la peau d’un monstre orange, le Casimir de L’île aux enfants, avant de se mettre en tête qu’il est la plus puissante des reines d’Égypte.

Mais quand il a treize ans, une voix fait chavirer tous ses projets. Celle de Nana Mouskouri. C’est décidé : il sera cette femme-là !

Mon avis

Quel livre ! Mais queeeeel livre ! 
Un roman tout en douceur, tout en poésie, tout en émotions !

On suit le jeune Milou qui est en pleine quête d'identité, jusqu'au jour où il entend Nana Mouskouri. Et là, sa vie va changer ! Oui il sait enfin qui il est et ce qu'il veut faire de sa vie !

Il veut devenir Nana Mouskouri !

On va donc suivre cette histoire d'amour entre Milou et Nana, avec ses hauts et ses bas, mais toujours l'attachement de ce petit garçon qui grandit mais dont le rêve persiste !

L'écriture de David Lelait-Helo est juste parfaire. Il nous fait passer par toutes les émotions possibles. On est avec Milou, on vit sa vie, ses espoirs, ses doutes, ses angoisses... 

Ce petit garçon est juste incroyable. On entre dans ce roman comme dans un roman de cape et d'épée où Milou fera tout, se battra pour vivre ses rêves d'enfance, pour vivre SA vie ! 

Ce livre est juste magnifique et nul besoin d'être fan incontesté de Nana Mouskouri ! Milou se chargera de vous la faire aimer, de vous rendre un tantinet curieux pour découvrir cette artiste, de vous donner envie de chantonner l'Amour en Héritage sous la douche ou quand tu chantes dans votre voiture !

C'est une ode à l'amour, un livre qui fera rejaillir vos rêves d'enfants et vous donnera envie de vous replonger dans vos années d'espoir, ces années où vous aussi vous vouliez être docteur, chanteur, peintre ou Karen Cheryl !

Un livre à lire, à relire, à re-relire ! 

Indubitablement, c'est MON coup de coeur de l'année :) 
Quand j'y pense, j'ai encore toute l'émotion qui remonte en moi :) 
Merci David Lelait-Helo de m'avoir permis de vivre ça !

Un extrait

" Ça meurt un rêve ? 
Ça arrive parfois et c’est terrible.
Ton rêve meurt et tu n’as plus qu’à mourir avec lui. 
À petit feu le plus souvent. 
Mais par miracle, dans les braises, poussent parfois des rêves tout neufs… "

jeudi 8 décembre 2016

COUP DE COEUR #7 I RÉSILIENCE - JULIA M TEAN

JULIA M TEAN - RÉSILIENCE



L'histoire

Pour ses dix-neuf ans, Vincent s’est offert un parricide. Il a tué son bourreau. 
Mais peut-on vraiment se libérer de l’emprise du Mal ? 
Peut-on se reconstruire après avoir subi le pire ? 
Incarcéré, Vincent doit affronter ses démons, apprendre à se connaître et s’accepter… pour atteindre la délivrance, sa résilience.

Mon avis

Cette histoire commence par le meurtre de Franck, le père de Vincent. Un père  qui le martyrise, qui le pousse à bout, qui fait de sa vie un enfer... Il n'en fallait pas plus pour que Vincent, 19 ans, décide de mettre fin à cette souffrance, et ceci passe par la disparition de son bourreau.

On alterne ensuite des moments du présent après son incarcération, avec des moments du passé... des moments où se mêlent la haine, le racisme, l'homophobie, la violence, le sexe... mais aussi de beaux moments de joie pour Vincent quand il trouve sa voie et sa résilience dans la danse.

Malgré sa faiblesse, sa maladie, Vincent a besoin de vivre et non plus survivre à toutes les brimades qu'il a pu vivre jusqu'ici, autant du côté paternel que maternel. Un manque d'amour, de reconnaissance, de tendresse. 
Tout ceci nous fait nous attacher fortement à ce personnage. On est ému par toutes les émotions qu'ils nous fait passer, et on ne souhaite qu'une chose que Vincent ait le droit de vivre pour lui, de prendre conscience de la personne qu'il est et de l'amour qu'il peut recevoir.

Julia M Tean nous livre ici un roman fort, un roman dur, un roman qui malgré la dureté de son sujet laisse entrevoir de belles émotions. On se sent littéralement porté lors des instants de joie de Vincent, ces moments où il s'échappe par la danse et son professeur Pedro, ces moments de tendresse, d'amour de joie.

J'ai beaucoup été touchée également par le mot de l'auteur dans la dernière page du livre et son rapport avec Vincent, cet enfant littéraire qui s'est présenté à elle un matin.

Enfin, l'achat de ce livre aide à la lutte contre l'homophobie par le versement d'1€ par livre à l'association Le Refuge qui lutte contre l'isolement des jeunes.

Un extrait

" Sa mort a été lente, douloureuse. Une agonie qui électrise encore Vincent et lui donne un sentiment de toute-puissance. Il a vaincu son bourreau. "





lundi 21 novembre 2016

LE SUPERGUIDE POUR ENFIN OSER ÊTRE SOIR



Qui n’a jamais eu le sentiment d’être trop émotif, trop nul ou simplement pas à sa place ? Grâce à ce guide tout-terrain qui allie méthodes de développement personnel, conseils psycho et tests de personnalité, l’estime de soi n’a plus rien d’un concept...

Tout ce que tu risques, c'est qu'on te le pique !




Mon avis

Un très bel objet livret, en forme de pochette que l'on ouvre en faisant coulisser la fermeture éclair !

Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en prenant un tel livre et je dois dire que j'ai été agréablement surprise par la qualité de celui-ci.
Un livre pour les enfants, les ados, pour les aider à s'accepter, à gérer leurs émotions, leurs différences. 

Comment apprendre à s'apprécier, à faire la paix avec leur corps et à s'épanouir !
Un livre très riche, truffé de bons conseils, de tests, de fiches et d'exercices ! 
Un livre à faire découvrir à tous les jeunes ados qui ont du mal à s'accepter pour leur permettre de surmonter le mal-être qu'ils peuvent avoir à cette période difficile de la vie ! 

J'ai beaucoup aimé les sujets abordés, surtout en tant que maman, forcément ceux qui traitent du rapport parents/enfants ! ça nous permet aussi à nous aussi parent de nous remettre en question, de comprendre et de pouvoir aider notre enfant à se sentir heureux et à ne pas se dévaloriser !



Un livre à mettre entre toutes les mains ! 

UN MUST-HAVE !

lundi 14 novembre 2016

LA MÉSANGE ET L'OGRESSE - HAROLD COBERT


L'histoire

« Ce que je vais vous raconter ne s’invente pas. »

22 juin 2004. Après un an d’interrogatoires, Monique Fourniret révèle une partie du parcours criminel de son mari, « l’Ogre des Ardennes ». Il sera condamné à la perpétuité. Celle que Michel Fourniret surnomme sa « mésange » reste un mystère : victime ou complice ? Instrument ou inspiratrice ? Mésange ou ogresse ?

Quoi de plus incompréhensible que le Mal quand il revêt des apparences humaines ?

En sondant les abysses psychiques de Monique Fourniret, en faisant résonner sa voix, jusqu’au tréfonds de la folie, dans un face à face tendu avec les enquêteurs qui la traquent, ce roman plonge au cœur du mal pour arriver, par la fiction et la littérature, au plus près de la glaçante vérité.

Mon avis

" Vivre dans la peau et dans la tête de Monique Fourniret ", voici ce qu'Harold Cobert nous propose dans ce livre. 
Comment une femme peut en arriver à faire subir des choses à de jeunes filles ? Comment une femme peut en arriver à suivre et aimer cet homme qu'est Michel Fourniret en sachant tout ce qu'il a fait ?  Tant de questions qui m'ont donc poussé à découvrir ce livre... 

Et que dire ?
Ce livre est affreux, horrible, glaçant, terrifiant. J'ai tremblé à chaque fois qu'une jeune fille voyait arriver près d'elle cet homme qui d'un premier abord paraissait si gentil "la barbe bien taillée, les petites lunettes cerclées, se présentant comme un professeur de dessin et un père de famille "...
J'ai pleuré, j'ai été dégoûtée, j'ai eu envie de vomir... 

L'enquête policière est vraiment prenante. Le commissaire de police qui ne tient qu'à une chose, coincer ce monstre pour que plus jamais, il ne torture d'autres personnes. Il apprend petit à petit à essayer de dompter Monique Fourniret pour lui faire cracher la vérité.

Grâce aux interrogatoires et aux rencontres entre Fourniret et sa femme, Harold Cobert nous retrace le parcours macabre de ce couple diabolique, leurs années de traques de jeunes filles vierges, les "MSP" comme ils ont l'habitude d'en parler... L'horreur monte crescendo, sans nous laisser de répit (mensonges, perversité, obsession, sadisme).

C'est un livre glaçant sur la psychologie d'une femme pas si mésange qu'elle ne voudrait le faire paraître... Un livre qui va vous prendre aux tripes...

Un extrait

" Et puis faut pas croire, il est exigeant mon fauve, très exigeant pour ses proies, comme avec son chien, il ne chasse pas n’importe qui, ça non, ce n’est pas toujours Noël, et quand bien même elles ne sont pas reparties, toutes ces filles, franchement, le viol, ce n’est pas mortel, dans d’autres pays, les fillettes violées, c’est presque normal, pourquoi on en fait tout un foin comme ça ? "

vendredi 4 novembre 2016

LEILA SLIMANI - CHANSON DOUCE


L'histoire

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se met à la recherche d'une nounou.
 Après un casting sévère, ils engagent Louise qui conquiert très vite l'affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer.
Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer.

Mon avis

Vous avez un jeune enfant et vous chercher à le faire garder ? Passez votre chemin...

Première phrase du livre et on sait déjà que ce qui va se passer ne sera pas une chanson douce, mais plutôt une descente en enfer "Highway to hell".

Leïla Slimani ne nous ménage pas et nous livre dès le premier chapitre la fin de l'histoire. Choix osé qui ne laisse plus de place au doute quant à la tournure de ces évènements.

Un fait divers tragique, une chute lente et glaçante vers la folie...
Un livre qui ne peut pas nous laisser insensible...
Comment pardonner ce geste à cette femme ?
Comment essayer de lui trouver des circonstances atténuantes à ce geste horrible ?

Pas d'espoir, le lecteur n'a d'autre choix que de se laisser porter par l'écriture de Leila Slimani, jusqu'à l'issue fatale, jusqu'aux dernières notes de cette "Chanson Douce"


Un extrait

" On lui a toujours dit que les enfants n'étaient qu'un bonheur éphémère, une vision furtive, une impatience. Une éternelle métamorphose. Des visages ronds qui s'imprègnent de gravité sans qu'on s'en soit rendu compte. Alors toutes les fois qu'elle en a l'occasion, c'est derrière l'écran de son Iphone qu'elle regarde ses enfants qui sont, pour elle, le plus beau paysage du monde.

vendredi 28 octobre 2016

LES PÊCHEURS D'ÉTOILES - JEAN-PAUL DELFINO


L'histoire

L'histoire d'une nuit épique dans le Paris des années 1920, en compagnie de Blaise Cendrars, de retour du Brésil, et d'Erik Satie, qui commence tout juste à être connu mais vit encore dans la misère à Arcueil.
Les deux hommes se lancent à la poursuite d'une mystérieuse femme aimée et de Jean Cocteau, qui leur a volé l'argument d'un opéra.

Mon avis

Un magnifique voyage le temps d'une nuit dans les rues de Paris avec pour guides l'écrivain Blaise Cendrars et le musicien Erik Satie.

Un livre qui se construit sous forme de petites histoires dans divers lieux parisiens où se cotoient beaucoup d'artistes comme Cocteau, Chagall, Mistinguett, Modigliani ou encore Charlie Chaplin.

Un livre qui m'a fait rêver, qui m'a ému, qui m'a fait aussi pleurer et rire, et passer par des émotions diverses.

Une escapade surréaliste menée de main de maître par l'écriture poétique et langoureuse de Jean-Paul Delfino. On plonge dans ce livre et on ne veut plus le lâcher. On veut vivre cette nuit avec ces deux protagonistes. Erik Satie retrouvera-t'il sa "Biqui", alias Suzanne Valadon  ?

Une nuit qui va unir ces deux personnages au tempérament et à l'histoire si différente !
et une fin très émouvante qui n'a fait que parachever magistralement ce roman !

Une course folle, une belle histoire pleine d'extravagance, de douceur et de poésie !

Un extrait

"Les grands amours ne meurent pas, Monsieur Cendrars. Il y a tellement de médiocres qui croient aimer et qui ne font qu'échanger des baisers ou des étreintes. Lorsque le vrai amour vous frappe de plein fouet, à la façon de la foudre, il faut du temps pour se remettre, croyez-moi. "


jeudi 15 septembre 2016

NATACHA CALESTRÉMÉ - LE VOILE DES APPARENCES


L'histoire

Après une série d’événements tragiques, Yoann Clivel, flic brillant de la police judiciaire, n’a d’autre choix que de se rendre dans un hôpital psychiatrique.
Il y fait la connaissance d’un jeune homme atteint d’autisme qui aurait la capacité d’entrer en relation avec les morts. L’un de ses "fantômes" est une femme qui prétend avoir été assassinée. Supercherie? Délire d’un malade mental? Ou piste à prendre au sérieux?
 Happé par les méandres de cette étrange affaire, Clivel se retrouve face à une autre énigme: l’assassinat de son propre père lorsqu’il était enfant…

Mon avis

Un bon petit polar tranquille, c'est ce que je me suis dit en débutant cette lecture. Tout y est, meurtre, vengeance, course poursuite, mort... Je sens que tout ceci débute très bien.

Puis petit à petit on se rend compte que non, ce livre n'est pas que un simple polar basique. Ce livre flirte avec le paranormal. Une femme morte, enfin son esprit, reprend "vie" par le biais de l'écriture automatique dans les mains d'un jeune autiste, Sam, et semble vouloir indiquer qu'elle n'est pas morte de mort naturelle, mais qu'elle a été assassinée... par qui ? qui est cette femme ? pourquoi est-elle morte ?  ça l'histoire, vous le dira.
Mais ce n'est pas tout, Yoann Clivel peut également compter sur l'aide du fils de sa compagne, Nathan, qui possède des dons de medium et dont il se sent très proche.

J'ai vraiment trouvé cette lecture très agréable, très riche, tant sur l'autisme, la prise en charge de ces personnes qui sont souvent cataloguées en tant que malades psychiatriques que sur le côté surnaturel.

L'écriture est agréable, on se laisse porter par les personnage très riches, surtout le personnage principal Yoann Clivel, qui nous fait vivre cette histoire, à travers sa vie personnelle présente et passée, mais aussi par la volonté qu'il a de résoudre cette enquête et d'aider cette femme à enfin pouvoir partir sereine.

Ce livre fait référence au Testament des abeilles, un livre plus ancien où l'on retrouve également le personnage de Yoann Clivel, et il serait donc intéressant de lire ce dernier avant de vous lancer dnas le Voile des Apparences. J'ai une nouvelle fois fait les choses dans le mauvais sens, mais je vais m'empresser de découvrir cette première enquête très vite.

Un bon polar sans grande tension, mais une enquête prenante qui tient la route et qui nous fait passer un excellent moment avec des personnages hors du commun

Un extrait

" Remuer ainsi le passé avait fait naître en moi l'envie de me confronter à mes peurs. J'avais laissé traîner les choses. Il était temps qu je prenne ma vie en main. Je regardai ma montre : 15 heures. L'heure de m'affranchir d'un poids sur le cœur venait de sonner, j'allais enfin affronter ma mère. "

mercredi 14 septembre 2016

XAVIER DE MOULINS - CHARLES DRAPER


L'histoire

À la demande de Mathilde, Charles a quitté Paris et son appartement de la rue de Vaugirard pour s'installer à la campagne avec leurs deux filles, le rêve d'une vie. Une vie au vert, rythmée par ses allers-retours vers la capitale pour s'occuper de sa société. Le bonheur de Mathilde n'a pas de prix, tout le monde le sait, Charles ferait tout pour sa famille.
Alors pourquoi Mathilde est-elle de plus en plus distante?

Mon avis

Première scène du livre très accrocheuse, par la présence de sang derrière l'oreille de Charles Draper, on s'imagine bien qu'il s'est passé quelque chose de terrible.

Puis on bascule quelques mois auparavant, avec Charles Draper, sa femme Mathilde et ses deux filles Margaux et Fleur. Charles a accepté de vivre au vert pour sa famille, lui navigue entre la capitale pour son boulot et sa vie de famille à la campagne.

Mais Charles, 45 ans, sent que sa femme le délaisse, s'éloigne de lui. Mais au profit de qui ? au profit de quoi ? Clément, leur ami fleuriste, le prof de théâtre de Mathilde ? ou est-ce le laisser-aller et l'embonpoint naissant de Charles ?

Peu importe, il doit savoir, il doit réagir ! Il se prend en main, s'inscrit en salle de sport, reste à l'affût du moindre signe d'infidélité jusqu'à aller vers une paranoïa destructrice...

On est vraiment pris dans ce livre par ce personnage central, qui ne sait plus où il en est. La tension monte crescendo et on arrive petit à petit vers une fin qui ne peut pas être bonne. Cette jalousie obsessionnelle, ce sentiment d'être mis à l'écart va mener Charles dans une folie profonde.

Xavier de Moulins arrive à nous happer, à nous faire à la fois détester le personnage de Charles, mais également à le prendre en pitié. Son interprétation est-elle le reflet de son imagination, ou la réalité ?

La fin est étonnante. Je suis tombée dans le panneau et me suis fait totalement avoir et là j'avoue que c'est du grand art, Monsieur De Moulins ! un grand coup de bluff !

Un extrait

" Charles Draper en est persuadé, le portable est une arme vicieuse. Il multiplie les interrogations, entraîne la suspicion, favoris les zones d'ombre. Sa promesse d'autonomie est un esclavage, celui de l'individu en permanence relié à son ego, sa peur de manquer. Le téléphone et la tranquillité de ceux qui attendent tout de rien, le territoire de tous les possibles, un terrain miné propice à tous les scénarios, jusqu'au cancer des suppositions les plus noires."

jeudi 1 septembre 2016

JACQUES EXPERT - HORTENSE


L'histoire

1993 : Sophie Delalande est folle d’amour pour sa fille Hortense, trois ans, qu’elle élève seule. Celle-ci lui permet d’oublier les rapports difficiles qu’elle entretient avec son ex-mari, Sylvain, un homme violent qui l’a abandonnée alors qu’elle était enceinte et à qui elle refuse le droit de visite. Un jour, pourtant, Sylvain fait irruption chez elle et lui enlève Hortense. « Regarde-la. Nous allons disparaître et tu ne la reverras plus. »

2015 : après des années de recherches vaines, Sophie ne s’est jamais remise de la disparition d’Hortense. Fonctionnaire au ministère de l’Éducation, elle mène une existence morne et très solitaire. Jusqu’au soir où une jeune femme blonde la bouscule dans la rue. Sophie en est sûre, c’est sa fille, c’est Hortense.

Mon avis

Je viens de la refermer et j'ai déjà envie de le reprendre, de me replonger dans cette histoire.

Sophie, jeune femme, tombe amoureuse d'un beau jeune homme, Sylvain et celui-ci semble l'aimer tout autant. Elle, avec un physique un peu quelconque, tombe enceinte, mais attend quelques temps avant de lui annoncer. Va-t'il fuir, ou au contraire rester à ses côtés pour former une belle famille unie.
Malheureusement pour Sophie, Sylvain la quitte et elle met au monde une jolie petite fille qu'elle nomme Hortense dont elle assouvira les moindres envies afin de rendre la rendre heureuse.
Mais hélas, un soir, après plusieurs tentatives, Sylvain débarque chez Sophie et kidnappe Hortense juste devant les yeux de sa maman. Sophie est inconsolable.

Plusieurs années après, au hasard d'une rue, Sophie croise une belle jeune fille et reconnait sa petite Hortense. Mais comment lui faire comprendre qui elle est ?

Quel livre, mais quel livre ! c'est la première fois que je fais durer le plaisir de ma lecture, quitte à lire deux livres à la fois... tellement je ne voulais pas quitter ces deux femmes et tellement je ne voulais pas qu'elles me quittent également. Je voulais garder tous ces sentiments en moi pour qu'ils ne me s'arrêtent pas d'exister, qu'ils restent dans mon cœur et mes pensées en retardant le clap de fin et la sentence donnée par Jacques Expert.

On alterne des chapitres vus par Sophie et d'autres par Hortense, et également des dépositions de personnes diverses et variées nous retraçant d'un point de vue extérieur ce que ces femmes vivaient ou avaient vécues.

On est vraiment pris dans cette histoire, et moi maman d'une petite fille, je me suis forcément beaucoup attachée au personnage de Sophie qui a tellement souffert et qui est tellement heureuse de retrouver son enfant plus de 20 ans après son enlèvement. Tellement de sentiments se mélangent dans notre esprit, dans notre cœur... Tellement d'émotions, on tremble, on pleure, ce livre ne peut laisser personne indifférent. Ce roman a vraiment marqué ma vie de lectrice.

L'histoire avance très lentement, habilement menée par Jacques Expert, qui nous balade sans nous perdre dans cette histoire (inspirée de faits réels). C'est tellement bien écrit, tout est tellement angoissant, tellement parfait, tellement bien amené, tellement bien écrit... pour arriver à une scène finale saisissante !

Un livre admirable ! Une petite Hortense que je ne suis pas prête d'oublier de sitôt !
Un livre à lire de toute urgence !
Un énorme coup de cœur !

Un extrait

" Je suis toujours figée, comme tétanisée, tandis que sa chevelure blonde plaquée par la pluie disparait à l'angle de l'avenue Trudaine.
Subitement, je réalise que je ne peux pas la laisser partir ainsi. Je ne peux pas la perdre à nouveau.
Je marche, je cours pour la rattraper. Il faut qu'elle sache !
Arrivée rue des Martyrs, je la cherche dans la foule désordonnée, pressée d'échapper à la pluie. Moi, la pluie, je m'en moque. Je l'aperçois enfin à l'angle de la rue de Navarin. Je me retiens de hurler. "Hortense ! " "

dimanche 28 août 2016

EMMA HEALEY - L' OUBLI


L'histoire

Elizabeth a disparu. Maud ne cesse de retrouver des bouts de papier dans ses poches, avec ce simple message. Elizabeth a disparu.
Le plus troublant : c’est sa propre écriture. Mais elle ne se souvient pas avoir écrit ces mots. Maud ne se souvient d’ailleurs plus de grand-chose ces derniers temps. Elle ne se souvient plus de l’heure, ni si elle a mangé ni si sa fille est venue la voir. Ce qu’elle sait, en revanche, c’est qu’elle n’a pas vu sa vieille amie Elizabeth depuis longtemps. Trop longtemps.
Lorsqu’elle tente d’alerter ses proches, elle a droit à des sourires indulgents, personne ne la prend au sérieux, elle est septuagénaire et on la traite comme une enfant de 4 ans. Malgré tout, Maud est de plus en plus persuadée que quelque chose est arrivé à Elizabeth.
De la même façon que quelque chose est arrivé, cinquante ans plus tôt, à sa propre sœur aînée, Sukey, dont la disparition ne fut jamais élucidée.

 Mon avis

J'avais ce livre depuis très longtemps dans ma pile à lire et je repoussais à chaque fois cette lecture. Peut-être parce que cela parlait de la maladie d’Alzheimer, que je connais hélas trop bien...

Bref, j'ai quand décidé de le sortir. Je viens de le finir et je suis totalement bouleversée... bouleversée par Maud... par cette maladie qui la ronge...

On est tout au long de cette histoire dans la peau de Maud, on vit ses absences, sa perte de mémoire, ses souvenirs qui se mélangent, les moments où elle reconnait sa fille Helen et celle où elle se demande qui est cette femme toujours après elle...

J'ai eu peur au début du livre car l'alternance passé et présent est assez déstabilisante. la disparition d'Elizabeth... La disparition de sa sœur Sukey en 1946...

Mais Emma Healey a vraiment le don de nous faire plonger dans ce voyage intérieur dans la vie de Maud. Tout est parfaitement maitrisé, pas de gros suspens, une immense sensibilité, un drame psychologique, qui nous rend nous aussi limite dingue.

Que c'est bien écrit ! C'est vraiment un voyage fabuleux dans la vie de cette malade d'Alzheimer, et ce roman nous fait vraiment prendre conscience de ce que les malades ressentent vraiment, comment ils arrivent à oublier, à ressasser toujours les mêmes choses sans réussir à vraiment imprimer les instants qui passent.

Un livre MAGNIFIQUE, ÉTONNANT, SURPRENANT ET TOUCHANT que je n'oublierai pas de sitôt :)

Un extrait

" Je ne peux pas avoir perdu tous mes petits mots. Je passe mon temps à en écrire, ils ne peuvent pas être tous tombés de la table, du plan de travail et du miroir. C'est alors que j'en retrouve un coincé dans ma manche : Pas de nouvelles d'Elizabeth. La date qui est inscrite sur le côté n'est pas récente. Soudain, j'ai le sentiment affreux qu'il lui est arrivé quelque chose."

vendredi 26 août 2016

OXANNA HOPE - AU CREUX DE MA MAIN TU N'ES PLUS RIEN


L'histoire

Un, deux, trois... il était une fois... une femme. De rouge, toute vêtue, elle était...
Emilie D. n'a pas eu de chance ce soir-là, elle a fait une mauvaise rencontre. Il ne lui faudra qu'une fraction de seconde pour comprendre que son chemin s'arrête là. Il en faudra beaucoup plus à la police judiciaire qui se penchera sur le cas étrange de cette femme retrouvée atrocement mutilée et à qui l'on a prélevé une partie de son anatomie.
Pourquoi ? Comment ? Les hypothèses se succèdent et les coupables se bousculent dans les locaux de la PJ Lyonnaise.

Mon avis

J'ai adoré l'Apôtre de l'Ombre, t il fallait donc que je découvre cette suite.

Ce livre nous met direct dans l'ambiance macabre : un corps de femme retrouvé , les pieds coupés et absents de cette scène de crime, et aucune trace d'intrusion chez la victime. Qui a bien pu tué Émilie Delalande ?

L' enquête va être confiée à Maxime Lanier et à son nouveau coéquipier Patrick Landerlin, flic zélé et pas franchement sympathique, qui a remplacé son ancien acolyte Thomas Van Ecke suite à l'affaire de l'Apôtre de l'Ombre.

Mais ce pauvre Thomas de passage sur Lyon pour rendre visite à son père malade, va se retrouver pris en flagrant délit avec le sac contenant les pieds dans ses propres mains . Hasard ou pas ? Patrick Landerlin ne lui laissera pas de répit, mais Maxime ne croit pas en la culpabilité de son ami...

Un roman flirtant avec le paranormal, mené de main de maître par Oxanna Hope qui a vraiment le don de nous faire douter, et nous laisser aucun répit.

Toujours un gros coup de cœur pour le personnage de Maxime Lanier. J'avais beaucoup aimé dans le premier livre et là je dois dire que j'ai été vraiment satisfaite car il n'est plus l'ombre de Thomas Van Ecke mais un enquêteur de police à part entière.

Un livre qui se lit vraiment très facilement tant par le style d'écriture le l'auteur, que par l'utilisation de chapitres courts, ce qui donne beaucoup de rythme à cette enquête.

Un énorme coup de cœur pour ce livre et un grand merci à Oxanna de m'avoir permis de découvrir cette suite, en espérant peut-être retrouver une nouvelle fois ces personnages dans un troisième tome ;)

Un extrait

" Elle ouvrit la bouche tandis qu’elle la voyait esquisser un mouvement à la verticale, générant chez elle une nouvelle vague de douleur intense. Puis, la lame entama une rapide ascension vers la poitrine de la jeune femme. Dans un bouillonnement écarlate, Emily regarda sa peau se déchirer. Elle cria, ne parvint qu’à cracher un peu plus de liquide vital, et se crispa une dernière fois.
Puis, elle cessa de vivre… "

mardi 23 août 2016

VINCENT RÉMONT - EFFET MIROIR


L'histoire

Jean-Edouard est un écrivain renommé, il enchaîne les bestsellers.
Xavier, lui, aimerait passer le cap de la première page. Il a perdu son emploi, son couple part à la dérive et l'inspiration s'essouffle.
Tout oppose ces deux personnes, mais un objet va les lier d'une manière étrange.
 Imaginez un autre reflet que le vôtre dans un miroir. Des questions apparaissent. Qui ? Pourquoi ? Est-ce irréversible ? Quand Xavier se réveille, il découvre une femme ligotée sur une chaise. Une inconnue.

Mon avis

Un roman court et qui se lit avec une grande aisance tellement on est pris dans cette histoire totalement folle.

C'est vraiment le type de livre que j'aime découvrir. Adepte durant mon enfance de la quatrième dimension, j'ai retrouvé lors de cette lecture, tous ce qui me plaisait dans cette série des années 80.

Un homme, écrivain raté, entre dans une brocante et tombe sur une machine à écrire, une underwood, qui lui fait de l’œil. Malgré les avertissements du vendeur, Xavier lui voit en cet achat un moyen de se sortir peut-être de ses pannes d'écritures. Il craque donc ses derniers sous contre cette machine et décide de se remettre à l'écriture. Mais ces quelques mots vont changer sa vie et son esprit va se retrouver projeter dans le corps d'un écrivain célèbre Jean-Edouard Lauvergne (et inversement pour ce dernier).

Des personnages très riches, très attachants même pour certains. Une intrigue vraiment bien menée avec plusieurs narrateurs. Le lecteur plonge donc à son tour dans la tête des différents personnages.
Un premier livre de cet auteur très surprenant, très plaisant et qui augure du bon pour la suite.

Merci à Vincent Rémont de m'avoir fait plongé dans ce roman, et je vous encourage vraiment à en faire de même :)

Une belle découverte :)

Un extrait

" Je m'étais donc engagé dans la ruelle, l'esprit aiguisé par la curiosité. Et elle occupait la vitrine, posée au milieu d'innombrables objets. Une machine à écrire Underwood noire et scintillante. Sans même en connaître le prix ou l'utilité de posséder ce genre de choses, je savais d'avance que j'allais l'acheter. J'entendais déjà ma femme Edwina m'inonder de reproches et de remarques blessantes. Tu n'as pas autre chose à faire plutôt que de ramener des conneries à la maison. Tu ferais mieux de chercher un boulot et de laisser tes rêves de côté. Si tu étais fait pour être écrivain, ça se saurait déjà. "

 

jeudi 18 août 2016

MICHEL BUSSI - LE TEMPS EST ASSASSIN


L'histoire

Eté 1989
La Corse, presqu'île de la Revellata, entre mer et montagne.
Une route en corniche, un ravin de vingt mètres, une voiture qui roule trop vite... et bascule dans le vide.
Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère sont morts sous ses yeux.
Eté 2016
Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l'accident, avec son mari et sa fille ado, en vacances, pour exorciser le passé.
A l'endroit même où elle a passé son dernier été avec ses parents, elle reçoit une lettre.
Une lettre signée de sa mère.
Vivante ?

Mon avis

Comment résister à Michel Bussi et à ces romans toujours si bien menés et si étonnants ? J'ai réussi à tenir quelques mois, mais l'été à eu raison de moi et je me suis donc plongée dans cette lecture.

L'été, la Corse, la mer, la beauté des paysages, la ferveur de ses habitants, l'âme corse : tout y est ! Je m'y suis vue ! Michel Bussi nous place au cœur de cette histoire sur l'île de beauté, avec son personnage principal Clotilde alternant deux périodes de sa vie : sa vie actuelle avec son mari Franck et sa fille Valentine, mais aussi son passé, avec ce terrible accident qui a coûté la vie à ses parents et à son frère.

On est une nouvelle fois mené en bateau par l'auteur qui arrive très habilement à nous mener vers de fausses pistes, et à nous perdre dans le maquis corse. Tout au long du roman, j'ai cru tenir le coupable, détenir la vérité ! eh bien non ce serait trop facile ! 

Les personnages sont vraiment très riches, attachants. J'ai adoré le personnage de Clotilde, totalement paumée, Natale qui m'a séduite, mais également le grand-père Cassanu, la Grand-mère Lisabetta. On fait partie de la famille, on ressent cet attachement familial, l'importance des racines corses, de la culture corse, la Mère Corsica.

J'ai également beaucoup apprécié car cela m'a rappelé ma jeunesse, les chansons et musiques qui étaient à la mode fin des années 80. Ça m'a fait sourire, penser à ces années où moi aussi j'avais l'âge de ces jeunes, où moi aussi j'avais cette insouciance comme Nicolas, Clotilde et leurs amis, l'impression de rester à jamais jeunes "Forever Young", cette chanson du groupe Alphaville que j'aime tant et que l'on retrouve dans plusieurs passages.

Un livre très agréable et très facile à lire. 
Un livre idéal pour l'été.
Encore un très bon roman de Michel Bussi.
Une lecture entrainante, dépaysante.
Un beau coup de cœur <3

Et comment ne pas penser à la célèbre chanson de Renaud en lisant ce titre :
" Te raconter enfin qu'il faut aimer la vie et l'aimer même si
Le temps est assassin et emporte avec lui
Les rires des enfants et les mistral gagnants "

Des extraits

" Une vie, pensa-t-elle, se résumait à cela : profiter de la beauté du monde. Son harmonie. Sa poésie. La contempler avant que tout ne disparaisse. Au fond, on ne meurt pas, on devient aveugle. On comprend que c'est terminé lorsque toutes les merveilles autour de nous s'éteignent. "

" Doucement, le pouce de Natale lui caressa la paume de la main. Comme cette histoire de battement d'ailes d'un papillon entraînant un tsunami à l'autre bout du monde, ces infimes frottements sur sa peau provoquaient des ricochets de sensations jusqu'au plus profond de son ventre.
Un tsunamour? Ça existait? "

mercredi 3 août 2016

SOPHIE DE VILLENOISY - JOYEUX SUICIDE ET BONNE ANNÉE


L'histoire

«Tu fais quoi à Noël?
Moi je me suicide et toi?

Bien sûr, dit comme ça, ça peut paraître sinistre, mais à quarante-cinq ans c’est ma meilleure option. Ce n’est pas comme si je faisais des malheureux autour de moi. Comme si j’abandonnais mari et enfants. Je n’ai ni chien ni chat. Même pas un perroquet pour me pleurer.
Et puis ça me laisse deux mois pour faire connaissance avec mon vrai moi.
Deux mois c’est court. Ou long, ça dépend de ce qui se passe, en fait.

Mon avis

Sylvie Chabert, la quarantaine passée est une vieille fille. Seul son père fait encore partie de sa vie, mais plus pour longtemps car celui-ci vient à décéder délivré d'un cancer qu'il trainait depuis un moment.

Délivrance pour le papa, mais pas pour Sylvie qui se retrouve seule, livrée à elle-même, désemparée avec pour seul but de mettre fin à cette vie qui ne lui sourit plus. Mais quand ? Noël lui semble la meilleure date et elle se fixe donc comme date butoir, cette fête familiale où tout le monde se réunit en famille autour d'une bonne table, pour disparaitre.

Quitter cette vie oui, mais pas sans avoir lancé une bouée à la mer ! Elle décide donc de prendre rendez-vous avec un psychologue afin de préparer son départ au mieux.

C'est le titre de ce livre qui m'a attiré au départ. Très ironique, il est à l'image du livre et de son personnage.
J'ai pris du plaisir à suivre les aventures de Sylvie. Tantôt agaçante (on voudrait la secouer), mais aussi émouvante parfois, Sylvie est vraiment un personnage que l'on se surprend à aimer.

Ce livre se lit très facilement. L'écriture est sans chichis, et Sophie de Villenoisy nous livre ici une histoire touchante agrémentée d'humour, une ôde à la vie, un combat contre la solitude qui touche beaucoup de gens de nos jours.

C'est un livre qui fait du bien, un livre qui donne du baume au coeur., un livre sur la Vie, un livre drôle et rafraichissant :)

Bref une belle lecture et une bouffée d'oxygène :)

Un extrait

" C'est la première fois que je me fais un cadeau aussi cher. Il y en a qui s'offrent des bijoux, des thalassos ou des croisières, moi c'est une concession funéraire. Un cadeau personnalisé, mais sans le joli emballage.
Je suis ressortie fourbue, perdue et allégée de presque 4000 euros ! Le prix d'un six pieds sous terre cosy, avec vue imprenable sur les vers de terre. J'aurais mieux fait de m'offrir une croisière Costa, avec un peu de chance je finissais noyée en mer de Sicile ! Ça aurait plus de gueule. Mais je n'ai ni chance ni panache. "

jeudi 28 juillet 2016

PASCALE DIETRICH - UNE ILE BIEN TRANQUILLE


L'histoire

Sur les îles bretonnes, tranquilles ou pas, le vent est toujours coupable: des naufrages, des névroses et même des chutes du haut des falaises.
Difficile pourtant de convaincre Edelweiss, de retour à Trevedic pour enterrer son père tombé du pic du Rat, de ce scénario. Ses doutes se renforcent lorsqu'elle remarque que les îliens ont étrangement changé leurs habitudes: ils ont repeint leurs maisons à neuf, possèdent des yachts rutilants ou encore des voitures de luxe tout à fait inutiles dans cette société miniature.

Mon avis

Gast ! que ça fait du bien de partir en riboul avec Pascale Dietrich et ses personnages hauts en couleurs :) Étant originaire de cette région, je m'y suis totalement reconnue dans ce roman et ses personnages, avec les mouettes, la mer d'Iroise, les îles et les noms bretons de leurs habitants. 

Edelweiss revient sur l'île où elle a passé sa jeunesse pour y enterrer son père tombé accidentellement (ou pas...) du pic du rat. Elle y retrouve tous les habitants, des amis d'enfance, des lieux où elle a vadrouillé, et ce paysage à couper le souffle de la campagne de l'île de Trevedic.
Cependant, les choses ont bien changé sur l'île. Les habitants semblent vivre façon "chicos" et Edelweiss va vite remarquer qu'elle n'est peut-être pas la bienvenue... Menaces, mystères, Edelweiss ne va pas se laisser démonter et souhaite savoir ce qui est arrivé à son père.

Une petite pépite ce livre ! Certes on n'est pas dans un polar palpitant et sanglant, mais dans une enquête pétillante alternant humour, noirceur et dépaysement total !
L'écriture est fraiche, vive percutante. Les personnages sont tous très attachants, et rythme vraiment bien l'histoire, ce qui ne nous laisse aucun temps mort :)

J'ai vraiment apprécié cette lecture, je me suis transformée en Edelweiss le temps d'un livre et j'ai pris beaucoup de plaisir à l'épauler dans sa quête de la Vérité.

Un très bon livre, idéal pour les vacances et l'été :) un bon polar bien iodé !
Degemer mat e Trevedic (bienvenue à Trevedic pour les non-bretonnants ;) )

Un extrait

" Cela faisait  plus de dix ans que j'avais quitté l'île. Je la regrettais parfois, et j'aurais espéré y revenir dans des circonstances moins tragiques, pour un mariage ou un baptême par exemple, ce genre de fête avec du sucre glace et des confettis colorés. Mais je revenais pour enterrer mon père. "

mercredi 27 juillet 2016

BENOIT MINVILLE - RURAL NOIR

L'histoire

Adolescents, Romain, Vlad, Julie et Christophe étaient inséparables; ils arpentaient leur campagne et formaient un "gang" insouciant. Puis un été, tout bascule. Un drame, la fin de l'innocence.

Après dix ans d'absence, Romain revient dans sa Nièvre désertée, chamboulée par la crise, et découvre les différents chemins empruntés par ses amis.

Mon avis

Dix ans après avoir fuit sa Nièvre natale, Romain revient dans son village d'origine pour retrouver son frère Christophe et deux autres de ses amis Julie, mariée avec Christophe et Vlad qui a sombré dans des magouilles plus ou moins douteuses.
Ils se sont quittés sur un drame, et se retrouve sur un autre.

Ce livre alterne des chapitres concernant le passé et le présent et nous montre donc à la fois ce qui s'est passé passé dix ans auparavant avant le départ de Romain, ce qui l'a amené à partir, à quitter ses amis et son retour avec tout ce qui a changé, dans la vie de ses amis.

Un roman noir, sur la drogue, la violence, la crise, sur la vie dans les campagnes qui n'est pas toujours aussi rose qu'on ne le pense.

La dureté n'est pas épargné et Benoit Minville arrive très habilement à nous faire adhérer à ses personnages, tous très différents, mais nous livre avec sa plume une vraie histoire sur l'amitié, la fraternité, la famille et les aléas de la vie.

Une très belle découverte, une écriture dure mais bien posée, un bon polar bien dark, made in Bourgogne !

Un extrait

" Ce soir on est les rois. Cette nuit d'été est à nous. On se rabâche cet hymne depuis des semaines et à chaque fois c'est la plus grande découverte de l'histoire de la musique. Notre vieille grange nous protège de l'orage de fin du monde qui rôde. On transpire la joie, le rock'n'roll et l'amitié. On est plus grands que King Kong, plus heureux qu'une colonie de milliardaires, plus sauvages qu'une horde de hors-la-loi. "

vendredi 22 juillet 2016

ALAIN CADÉO - CHAQUE SECONDE EST UN MURMURE


L'histoire

Après un accident de voiture, le jeune Iwill a rompu toutes attaches familiales. Il va désormais au hasard des routes.
Lorsqu’il arrive à Luzimbapar, il rencontre Sarah et Laston. Le couple vit coupé du monde entouré d’une meute de chiens féroces. Pendant que Laston creuse des tunnels sans fin dans une ancienne mine de cuivre, Sarah confie à Iwill un cahier sur lequel il devra consigner sa vie, instaurant un pacte tacite : il s’en ira une fois le cahier achevé…
Une étrange relation s’installe entre eux : ses hôtes inquiètent Iwill autant qu’ils le fascinent. Mais Iwill est-il vraiment libre de ses mouvements, les chiens le laisseraient-ils partir sans broncher s’il le décidait ?

Mon avis

Une magnifique lecture que ce roman d'Alain Cadéo !

Ce qui vous trouble au premier abord est l'écriture poétique de l'auteur, qui sait nous toucher, nous amener dans cette histoire qui peut paraitre assez banale...
Un jeune homme Iwill perd son amie dans un accident de voiture et part au gré des routes et des chemins pour retrouver une envie de vivre, de survivre. C'est alors qu'il arrive dans un village isolé Luzimbapar qu'il fait la connaissance d'un couple Sarah et Laston, chez qui il va rester quelques temps, plus qu'il ne l'aurait imaginé, et Iwill ne pourra quitter ce village que lorsque ce carnet noir offert par Sarah sera entièrement rempli...

Ce livre est construit comme un journal intime tenu par Iwill qui va y consigner son vécu chez Sarah et Laston, son ressenti face à la mort, ses souvenirs avec Catherine. On vit avec Iwill, il se confie à nous, et on ne peut rester insensible face à ce qu'il nous raconte. Tout est emprunt de douceur, d'amour, de poésie...

Et jusqu'au dernier chapitre, je me suis vraiment demandée où Alain Cadéo allait nous emmener, et j'ai été totalement surprise. Je ne m'attendais pas à une telle fin qui m'a chamboulée, émue...
Ce dernier chapitre a vraiment clôturé le livre d'une façon magistrale et assez déstabilisante.

Un beau coup de cœur pour ce roman rempli de sincérité, d'humanité <3
Laissez-vous envahir par ces murmures, ces secondes de vie !

Un extrait

"Le seul métronome qui calme vraiment mon coeur, c’est la cadence de mes pas sur des routes sans fin."

mardi 19 juillet 2016

VERTIGE - FRANCK THILLIEZ


L'histoire

Un homme se réveille au fond d'un gouffre, au cœur d'un environnement hostile, deux inconnus et son fidèle chien comme seuls compagnons d'infortune.
Il est enchaîné au poignet, l'un des deux hommes à la cheville et le troisième est libre, mais sa tête est recouverte d'un masque effroyable, qui explosera s'il s'éloigne des deux autres.
Qui les a emmenés là ? Pourquoi ?
Bientôt, une autre question s'imposera, impérieuse : jusqu'où faut-il aller pour survivre ?

Mon avis

Encore un très bon huis-clos à la sauce Franck Thilliez !

Quel talent ! Jouer avec nos nerfs, nous embobiner pour nous faire croire la vérité et son contraire, nous faire vibrer, angoisser étouffer et trembler avec ces 3 personnages tellement différents et tellement bizarres à la fois .

Un début de roman, un peu version "Saw", très prenant et mettant bien les personnages en situation. La suite se lit en apnée, on se laisse prendre dans cette histoire, et on ne peut en sortir... on est nous même enchainé dans ce gouffre avec seul moyen de s'en défaire que d'arriver à la fin du roman et savoir ce que Franck Thilliez a encore habilement mijoté.

 Qui croire ?  Comment se sont-ils retrouvés dans ce gouffre hostile, lugubre, froid, prisonniers et livrés à eux-même pour essayer d'en sortir ? Pourquoi eux ? Tellement de questions nous taraudent l'esprit, qu'on ne sait plus à quel saint se vouer ! Des personnages complexes, des révélations distillées ici et là, une tension oppressante qui monte crescendo !

Un thriller psychologique noir, de haut vol, idéal pour amateurs de nuits blanches et insomniaques !

Comme dirait un autre auteur de Huis-Clos, Jean-Paul Sartre, "L'Enfer c'est les Autres"

Un extrait

 "C'est souvent au bout de nos forces, quand le filet de notre existence s'échappe par nos lèvres entrouvertes, que nous réalisons à quel point la vie est précieuse, et que, pour la plupart des gens, mourir glorieux ne vaut pas tant que de vivre en ayant essayé."

lundi 18 juillet 2016

DUELLE - BARBARA ABEL


L'histoire

Abandonnée par sa mère à la naissance, Lucy a néanmoins vécu une enfance heureuse au sein d’une famille d’adoption aimante.
Aujourd’hui, elle mène une existence sans histoire entre son mari et leurs deux enfants. Mais le jour où l’équipe de "Devine qui est là?" frappe à sa porte, son destin bascule.

Mon avis

Je voulais lire ce livre de Barbara Abel depuis déjà un bon moment... J'aime tellement cette auteure, la duologie "derrière la haine" et " après la fin" m'avait scotchée, "L'Innocence des Bourreaux" également, et j'avoue que celui-ci me tentait tellement qu'il n'est pas resté longtemps à attendre dans ma bibliothèque.

On démarre donc la lecture de ce livre avec Lucy, une jeune femme heureuse avec son mari et ses enfants. Tout se passe à merveille pour elle, jusqu'au jour où l'on sonne à sa porte et là on lui apprend que quelqu'un cherche à la retrouver par le biais d'une émission de télé-réalité.
Lucy pense donc à sa mère qui l'a abandonné et à la naissance, mais ne s'imagine pas qui se trouve derrière cette invitation... Je ne vais pas tourner autour du pot, mais il s'agit de sa soeur jumelle Angèle.

Mais quel livre ! queeeeeeel livreeeeeee !!!! Je suis restée scotchée du début à la fin, je suis passée par tous les états possibles : joie, horreur, tristesse, peur, angoisse, amour et j'en passe !

L'écriture de Barbara Abel est PARFAITE ! J'ai retrouvé en lisant ce livre tout ce qui m'avait autant fait aimé les précédents. La richesse des personnages Lucy, Angèle. Elles sont toutes les deux semblables, mais tellement différentes.

Des rebondissements que personnellement je n'aie pas vu venir, un suspens insoutenable qu'on ne peut le lâcher ! On veut connaitre la fin, on s'imagine être arriver au bout et bam ! Non Barbara Abel ne vous laisse aucun répit dans ce thriller. Elle joue à merveille avec la psychologie de ses personnages, explore les troubles de la personnalité.

Je ne peux que vous conseillez ce livre "Duelle" et je pense que Lucy et Angèle resteront longtemps dans ma mémoire de lectrice !

Une nouvelle fois, un gros coup de cœur pour un livre de Barbara Abel et plongez au coeur de cette folie dévastatrice !

Un extrait

"Sur le plateau, une atmosphère lourde d'attente plane dans le public. La caméra s'approche de la jeune femme, fixant de son œil aveugle les méandres dans lesquels elle se débat."


vendredi 8 juillet 2016

KARINE GIEBEL - DE FORCE


L'histoire

« Le temps de l'impunité est révolu. Le temps des souffrances est venu. » Elle ne m'aimait pas. Pourtant, je suis là aujourd'hui. Debout face au cercueil premier prix sur lequel j'ai posé une couronne de fleurs commandée sur internet. Car moi, j'ai voulu l'aimer. De toutes mes forces. De force. Mais on n'aime pas ainsi. Que m'a-t-elle donné ? Un prénom, un toit et deux repas par jour. Je ne garderai rien, c'est décidé. A part le livret de famille qui me rappelle que j'ai vu le jour un 15 mai. De mère indigne. Et de père inconnu. Lorsque j'arrive devant la porte de mon ancienne chambre, ma main hésite à tourner la poignée. Je respire longuement avant d'entrer. En allumant la lumière, je reste bouche bée. Pièce vide, tout a disparu. Il ne reste qu'un tabouret au centre de la pièce. J'essuie mes larmes, je m'approche. Sur le tabouret, une enveloppe. Sur l'enveloppe, mon prénom écrit en lettres capitales. Deux feuilles. Ecrites il y a trois mois. Son testament, ses dernières volontés. Je voulais savoir. Maintenant, je sais. Et ma douleur n'a plus aucune limite. La haine. Voilà l'héritage qu'elle me laisse. 

Mon avis

Une furieuse envie de découvrir ce nouveau roman de Karine Giebel ! 
Me fera-t'il oublier le coup de coeur monstrueux que j'ai eu pour Purgatoire des Innocents... 
Eh bien non !

Certes tout est encore en place pour nous faire passer une agréable lecture. Des personnages tous très différents, qui nous perdent, nous embrument l'esprit. Qui doit-on croire ? Qui nous montre la véritable facette de sa personnalité ? 

Des personnages forts mais avec leurs faiblesses bien cachées ! Et malgré tout, une petite déception car je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages... qui m'ont exaspérés, ennuyés pour certains, malgré cette histoire rondement bien menées, mais un final assez attendu, du vu et revu qui m'a laissé sur ma fin !

Un plus, l'écriture pleine de force de Karine Giebel, qui ne nous ménage pas une nouvelle fois :)

Un thriller tout de même très agréable à lire, encore un roman qui dérange, qui vous tortille l'esprit et vous met mal à l'aise, comme l'auteure sait si bien le faire :)

Un extrait

" Il aimerait pleurer. Aimerait qu'il y ait en ce monde quelqu'un capable de le comprendre.
Capable de le consoler. De le rassurer.
De faire de lui un homme heureux."

jeudi 23 juin 2016

THIERRY BRUN - LES RAPACES


L'histoire

Alexandra Blaque, jeune femme qui a laissé derrière elle les trottoirs de Vitry-sur-Seine pour gravir les marches des palaces de Paris à Ibiza, purge aujourd'hui une longue peine de prison.

Même si la menace du gang la hante souvent, celle qui déclarait encore quelques années auparavant : "J'ai seize ans et la médiocrité me terrorise " a décidé de tirer un trait sur sa jeunesse de soldat pour commencer une nouvelle vie et aller vers le soleil. Mais on ne trahit jamais impunément. Et à sa sortie de prison, Alexandra voit son passé ressurgir avec violence.

Mon avis

On peut souligner la magnifique couverture de ce livre qui avait tout pour me plaire, c'est pour cela que j'ai eu envie d'en savoir plus sur ce livre et que j'ai donc postuler pour la Masse Critique sur Babelio.

On suit au début de ce livre, Alexandra Blaque, une jeune fille un peu paumée, qui se retrouve en prison après avoir baignée dans les milieux de la drogue et des narcotrafiquants. On suit donc son histoire, comment en est-elle arrivée là, et surtout ce besoin de raccrochée avec cette vie là pour retourner sur le droit chemin.

Je dois dire que le début du livre est assez brouillon et m'a perdu plusieurs fois. J'ai du retourner en arrière, recommencer des chapitres afin de bien comprendre les retours en arrière, les différents personnages...

Puis après une cinquantaine de pages, je me suis sentie mieux, et j'ai vraiment apprécié cette lecture avec une écriture plus abordable, plus posée. Les personnages sont vraiment très intéressants par leur passé, leur enfance difficile dans les banlieues. L'auteur les enrichit au fur et à mesure par petites touches et j'ai vraiment apprécié car on ne s'ennuie pas et on en apprend toujours sur chaque personnage.

L'histoire d'amour entre Alexandra et Nicolas, son ancien compagnon d'armes, amène ce petit plus à l'histoire sans tomber dans le côté "coeur coeur love" mais apporte un côté un peu plus "léger" à ce livre.

Pas ma came à la base, mais ce livre vous fera baigner dans ce milieu où la vengeance règne en maitre ! Une belle découverte, un livre noir sur le monde des trafiquants de drogues !

Un grand merci à Babelio et aux Éditions le Passage pour cet envoi :)

Un extrait

" Elle avait gagné son ticket d'entrée pour les affaires sérieuses deux mois plus tôt, en s'arrachant seule d'un traquenard tendu par un caïd de la cité Balzac, à Vitry. Le manouche lui reprochait ses débuts dans les rangs de la Clica et, ne se doutant de rien, il avait tenté de lui piquer sa marchandise et de lui refaire le portrait en bonus. La course-poursuite s'était terminée sur le boulevard périphérique.
À son retour, Graham lui avait donné l'accolade en commentant sobrement : « Bienvenue à la maison. » "


tous les livres sur Babelio.com

jeudi 16 juin 2016

JAMES OSMONT - RÉGIS (Roman auto-édité)


L'histoire

Régis aime la littérature et l'automne, les décibels et l'errance. Il n'a pas choisi le mal qui le ronge. Vivant la plupart du temps en lui-même, il perçoit une réalité déformée et angoissante, où tout fait sens. Dans sa psychose, il s'accroche à de fragiles repères : des personnages sans nom, des impressions sans fondement, des chansons sans espoir...

Pourtant, peu de temps avant les attentats du 13 novembre 2015, le retour d'un mystérieux persécuteur va faire vaciller son équilibre précaire. Jusqu'au point de non-retour...

 Mon avis

J'ai craqué sur ce livre pour cette couverture, que dis-je cette sublime couverture ! et je n'ai donc pas résisté à lire la quatrième de couverture, et là ! je suis restée scotchée, rien qu'en lisant ces quelques lignes, je me sentais happée, attirée par ce personnage poétique et malade.

J'ai donc commandé immédiatement ce livre sur amazon (livre autoédité donc à commander soit via amazon, soit directement auprès de l'auteur ;)).

Trois jours après, voici que Régis a fait irruption dans ma vie ! je n'ai pas attendu un seul jour, et me suis jetée sur le premier chapitre.

On découvre donc dans ce livre le quotidien de Régis, malade en hôpital psychiatrique : un jeune homme de 32 ans extraordinaire car il est à la fois dangereux, atteint de troubles psychotiques, torturé mais également tellement attachant, sensible, émotif.

Ce qui est vraiment renversant, c'est que dès le premier chapitre, on est dans la tête de Régis. On vit son enfermement, ses délires, sa vie avec des retours dans le passé pour en apprendre plus sur ce qui l'a amené dans cet hôpital.

Mais Régis c'est également un être sensible à la littérature et à la musique, et ce livre est truffé de citations de livres et de morceaux de musique qui nous aident encore plus à comprendre le personnage. Personnellement, j'ai écouté une grande partie des musiques en lisant les citations et j'ai vraiment adoré ce rapport musiques-livres. De belles découvertes !

Les autres personnages sont également riches : Sandrine, son infirmière, en plein burn-in ; l'Étudiante qui est juste perturbante et provocante et l'inguiétant Prédateur, le pire ennemi de Régis !

L'écriture de James Osmont est vraiment parfaite, poétique, tranchante parfois, angoissante même. Son métier de soignant en psychiatrie doit y être pour beaucoup, car on vit vraiment l'histoire de l'intérieur, on est littéralement propulsé dans le domaine médical, les maladies mentales, les médocs, le jargon psy. On vit Régis tout au long du livre ! On est Régis pendant ces 264 pages !

Un bémol, eh oui il en faut bien un ! IL EST TROP COURT ! on en re-veut ! encore et encore ! (c'est que le début d'accord d'accord... eh voui moi aussi j'ai de la culture musicale...)

Pour conclure, un roman hors du commun , un gros coup de cœur ! à lire de toute urgence :)

Un extrait

" Il y était parvenu. Cavalcade. Fuite en avant… « Allez tous vous faire foutre ! » Bondir. Où irait-il ? Ce n'était pas le problème. Trébucher. Que ferait-il au matin ? Ce n'était pas le moment. Se démener. Le rechercheraient-ils ? Ce n'était pas sa priorité."