mercredi 9 août 2017

CYRIL MASSAROTTO - QUELQU'UN A QUI PARLER


L'histoire

Samuel fête ses trente-cinq ans, seul face à des assiettes vides. La déprime est proche. Il attrape alors son téléphone mais réalise qu’il n’a personne à qui parler. Soudain, un numéro lui revient en mémoire : celui de son enfance et de la maison du bonheur familial depuis trop longtemps disparu.

Tiens, et s’il appelait ? À sa grande surprise, quelqu’un décroche. Et pas n’importe qui : c’est à lui-même, âgé de dix ans, qu’il est en train de parler ! Mais que dire à l’enfant que l’on était vingt-cinq ans plus tôt ?

Finalement, chaque soir, à travers ce téléphone, Samuel va s’interroger : l’enfant que j’étais serait-il fier de ma vie ? Aurait-il vraiment envie de devenir l’adulte que je suis aujourd’hui ? Ne l’ai-je pas trahi en renonçant à mes rêves ? 

Grâce à ce dialogue inattendu et inespéré, Samuel va, peu à peu, devenir acteur de sa vie. Et avancer, enfin !


Mon avis

Énorme coup de cœur pour ce livre :)

Un retour sur l'enfance, la vie qu'on rêvait d'avoir quand on a 10 ans et finalement la vie que l'on a... tellement éloignée de nos rêves d'enfants...

Ce livre est une pépite. Il nous fait réfléchir sur le passé, l'innocence de l'enfance et sur ce qu'on est devenu. Il permet un voyage dans nos belles années, ces années où tout n'est qu'insouciance et légèreté et on s'interroge : que voulais-je faire de ma vie à 10 ans ? Qu'aurait pensé l'enfant que j'étais de l'adulte que je suis devenu ?

Et on se prend à rêver, à se laisser porter par l'écriture si douce et poétique de Cyril Massarotto. 

Comme j'aurais aimé pouvoir avoir cette opportunité offerte à Samuel ! Pouvoir m'appeler, discuter avec la petite fille et l'aider tout comme elle aurait pu m'aider. Essayer de faire que cette vie soit encore plus belle et agréable que celle que j'ai actuellement. Donner ce petit coup de pouce qui m'aurait permis de gravir plus d'échelons, de me sentir plus forte, plus sûre de moi !

Un gros coup de cœur pour les personnages : le Samuel adulte touchant à souhait que l'on souhaiterait aider et le petit Samuel qui malgré cette vie qui débute pour lui fera son possible pour faire que cet adulte soit totalement épanoui !

C'est le livre à lire de toute urgence ! juste MAGNIFIQUE !
N'hésitez pas une seconde, foncez !

Un extrait

" Parce qu'en ce temps-là, évidemment, les téléphones n'avaient pas de mémoire donc on connaissait des dizaines de numéro par coeur. 
68-50-41-35 
Combien de fois l'ai je composé ... c'était bien avant les portables! 
Ca va donner quoi si j'appelle? une voix enregistrée qui dit que le numéro demandé n'est pas attribué ? ou alors rien du tout ? 
Tiens je vais essayer ... je me souviens que le téléphone de la chambre des parents était tellement vieux qu'il avait encore un cadran rond qu'il fallait tourner pour composer les numéros ... C'était long, mais long ! En plus, si on se trompait juste une fois il fallait tout refaire, c'était incroyablement énervant. Le pire c'est quand on se trompait sur le tout dernier chiffre, là, c'était vraiment à devenir dingue !

Tiens, ça fait tous les petits bips très rapprochés, comme quand ça cherchait, à l'époque, juste avant la sonnerie.
Oh, et je me rappelle, quand on décrochait ou qu'on raccrochait, notre téléphone émettait un tout petit tintement, comme le bruit d'une clochette minuscule! Ah, c'est drôle comme les souvenirs resurgissent quand on ... 
" Allô ? " "

jeudi 20 juillet 2017

VALENTIN MUSSO - LA FEMME A DROITE SUR LA PHOTO


L'histoire

Los Angeles, 1959. L’actrice Elizabeth Badina se volatilise durant le tournage du film qui devait faire d’elle une star. Enlèvement ? Meurtre ? Disparition volontaire ? Malgré l’enquête conjointe de la police et du FBI, l’affaire ne sera jamais résolue.

New York, 1998. Après un succès fulgurant au box-office qui a fait de lui la coqueluche d’Hollywood, le scénariste David Badina affronte une traversée du désert. Incapable de mener à bien le moindre projet, il est contacté par Wallace Harris, légende vivante du 7e art et metteur en scène paranoïaque, qui lui demande de travailler au scénario de ce qui sera sans doute son dernier film. Ils ne se sont jamais rencontrés mais un lien unit les deux hommes : Wallace Harris n’est autre que le réalisateur du drame policier qui devait lancer la carrière d’Elizabeth, la mère de David. Et l’un des derniers à l’avoir vue vivante. En acceptant son offre, le scénariste va tenter de découvrir ce qui est arrivé à sa mère quarante ans plus tôt. Quitte à déterrer de vieux secrets qui feront voler sa vie en éclats.

Mon avis

J’avais tellement aimé « Une vraie famille » que quand Valentin Musso a sorti ce dernier roman, j’ai très vite eu envie de le découvrir. Et franchement je n’ai pas été déçue.

David, scénariste en perte de vitesse, est contacté par Wallace Harris qui n’est autre que le réalisateur qui avait travaillé aux côtés de sa mère Elizabeth Badina, avant sa disparition brutale. Une disparition que David avait toujours gardée au fond de lui, celle-ci n’ayant jamais été résolue. Sa mère est-elle vivante, ou bien morte et comment cela s’est passé ? Une coïncidence que Wallace Harris le contacte ? David n’y croit guère et trouve là l’envie de résoudre cette énigme et se replonger dans la vie d’Elizabeth.

Alternant les périodes de 1959 et 1999, on va en apprendre plus sur la vie d’Elizabeth et sur les investigations de David pour découvrir la vérité. Au fil du livre et des indices disséminés, on vit cette recherche avec David et retrouver ce qui est arrivé à Elizabeth est tellement fort que l’on ne peut lâcher ce livre.

Une écriture agréable et simple comme Valentin Musso sait si bien le faire, un thriller prenant, une intrigue vraiment bien menée ! On est totalement pris dans cette histoire !

Pas de sang, ni de courses poursuites en tout genre, juste le combat d’un fils pour découvrir la vérité sur la disparition de sa mère.

Un très bon roman et un magnifique coup de cœur pour cette histoire et ses personnages si attachants !
A découvrir de toute urgence !

Un extrait

«  Ma mère... Je n'ai aucun souvenir d'elle. Je n'avais même pas un an lorsqu'elle a disparu. Pour la plupart des gens qui se rappellent encore de cette époque - la fin des années 50, celle des grandes productions hollywoodiennes -, Elizabeth Badina n'est plus qu'un nom. Celui d'une jeune actrice qui se volatilisa mystérieusement durant le tournage de La Délaissée, le troisième film de Wallace Harris. »

vendredi 16 juin 2017

CAROLE LLEWELLYN - UNE OMBRE CHACUN


L'histoire


Rescapée d'un enlèvement quand elle était enfant, Clara, 30 ans, mène désormais à Paris une vie confortable avec son mari, Charles. Pourtant, lorsqu'il lui demande un enfant, elle décide de partir sans laisser de trace.
Homme d'affaires occupé, Charles loue les services de Seven Smith, un ancien Marine, afin de retrouver son épouse. Pour le soldat américain, que la fin de la guerre a laissé sans but, la quête de cette femme disparue est une occasion inespérée d'exister à nouveau.
À travers l'Europe, Clara et Seven vont partir à la recherche de vérités sur eux-mêmes qui altéreront pour toujours le sens de leurs vies.

Mon avis

On commence à lire ce livre et on se retrouve plongé dans la vie de deux personnages brisés par leurs vies passées, par ce qu'ils ont vécu. 

Clara a été enlevé enfant et garde toute cette période ancrée dans son esprit. Certes, elle s'est marié à Charles, mène une vie très confortable avec celui-ci mais le passé ne disparait jamais vraiment...

Seven lui est un ancien soldat qui s'est battu en Afghanistan et a vécu aussi des moments horribles qu'il a gardé à l'intérieur de lui. 

Lorsqu'il se retrouve embauché par Charles pour partir à la recherche de son épouse Clara, il se sent investi d'une nouvelle mission et souhaite réussir à retrouver cette femme qu'il ne connait pas mais qui l'obsède. Qui est-elle vraiment ? Pourquoi a t'elle quitter cette vie posée ? Où est-elle ?

Ces deux personnages vont vivre tout au long du livre une remise en question et suivre un cheminement intérieur afin d'essayer de se défaire de leurs blessures et se retrouver en tant que personne "normale", en tant qu'eux-même.

J'ai beaucoup aimé suivre ces deux personnages, surtout celui de Clara qui m'a fait passer par diverses émotions. On souhaite qu'elle s'en sorte, on souhaite qu'elle se trouve, qu'elle devienne heureuse et épanouie.
Seven m'a un peu moins touché, sûrement par ce côté très macho et plus attiré par le sexe que par sa femme qu'il délaisse totalement.

Le pire personnage reste Charles (mais il en faut souvent un !) qui s'est accaparé Clara pour en faire son épouse dévouée, ce qui n'a pas arrangé la recherche de la résilience pour Clara. On le déteste mais il fait tout pour !

L'écriture est vraiment parfaite. Carole LLewellyn, avec ce premier roman, nous fait passé par une bulle d'émotions : de la tristesse, de la colère mais également une envie de se battre).

Un bon premier livre ! Un voyage captivant à travers l'Europe pour ces deux personnages rongés par le passé!

Un grand merci à Babelio et aux éditions Belfond qui m'ont permis de découvrir ce livre et cette auteure :)

Un extrait

« Et lorsque le jour arriva où il me fallut choisir comment j’allais en effet mourir, ma liste de trois cent soixante-quatre options, presque autant que de jours dans une année non bissextile, me parut complètement obsolète. »


tous les livres sur Babelio.com